fbpx
Blogue

Normalité, anxiété et Covid-19

Non classé

On entend ces derniers jours qu’un retour à la normal serait envisageable au cours des prochaines semaines. Si la normalité se définit par notre retour au travail et à l’école, il est plus que probable, effectivement, que d’ici l’été, nous reviendrons à un semblant de vie normale. Difficile toutefois d’évaluer l’ampleur que la crise aura sur nos familles, nos emplois et nos finances à court, moyen et long terme. L’impact du confinement a été immédiat sur nos tâches quotidiennes, espérons qu’il n’aura pas d’impact à long terme sur la santé mentale de plusieurs québécois et québécoises.

Car chaque jour, nous devons jongler avec plusieurs réalités : les enfants, les parents, les commissions, les repas, l’école, le travail, le patron, le stress de bien performer et de boucler les fins de mois… À cela s’ajoute le stress de la maladie, la culpabilité parce que nos charmants rejetons passent trop d’heures devant les écrans, la pression de devoir conserver sa bonne humeur dans la tempête et surtout, l’obligation sociale d’être créative dans l’adversité!!! À la fin de la journée, toutes se rejoignent sur un point : la Covid-19 n’aura pas réduit notre charge mentale, bien au contraire.

Et pourtant? Travailler, se stresser, ne pas dormir la nuit, vivre à mille à l’heure : ce sont des choses auxquelles nous nous sommes habituées et qui ont défini nos sociétés modernes. Du moins, c’est ce qui les définissaient il y a encore quelques semaines. Le stress, on connait bien! D’ailleurs, nous rêvions toutes d’un moment pour respirer et prendre du temps pour soi. L’arrivée du Covid-19 a répondu d’une bien drôle de façon à nos espoirs communs! Le décompte sur nos écrans rythme nos journées. Plus les chiffres augmentent et plus un autre mal insidieux apparaît : la peur de l’inconnu… Que ferons-nous après? Où mettrons-nous nos enfants? Quand devrai-je retourner au travail? Vais-je l’attraper? Les camps de jour seront-ils ouverts? Que ferons-nous de nos vacances? Pourrai-je reprendre le transport en commun? Mes parents vont-ils l’attraper? Et la vente de ma maison? Mon mariage reporté? Combien de temps cela va-t-il durer? Et ma retraite? Mes projets? Mon voyage? Mes enfants? Ma sécurité? Ma santé??

Le stress occasionné par cette crise sera d’abord financier, puis psychologique. L’anxiété et la dépression ne sont pas des maladies visibles et, comme avec le covid-19, nous devrons travailler ensemble à faire en sorte qu’elles ne fassent pas plus de dommage que cette fameuse grippe. Soyez à l’écoute de vos petites voix. Soyez à l’écoute de vos familles et amis. Ne minimisez pas la situation. Si vous vous en sortez plus forte, tant mieux, tendez la main à une amie. Si vous avez besoin d’aide, demandez. On est là pour vous.

(Restez à l’affût : nous vous offrirons textes et activités afin de vous accompagner dans cette réflexion et vous aider à trouver des réponses au cours des prochaines semaines!)

Par Mériane Bergeron
Directrice générale Elles de la construction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci à nos partenaires

Copyright © 2020 Les Elles de la construction. Tous droits réservés.